Troisième Exposé : LA LIBERTÉ DANS L’UNIVERS

Nous allons à présent vous donner un aperçu de ce à quoi ressemble la liberté une fois qu’elle est établie. Pour être libre, un monde doit avoir un gouvernement uni. Il peut être composé de représentants de différents groupes et de diverses régions du monde, mais ce gouvernement doit être uni. Il ne peut s’agir d’un patchwork de tribus belligérantes, ni même de grandes nations, car cela ne fera qu’inviter l’intervention et la manipulation.

Les nations qui sont libres encouragent la créativité individuelle et la valorisation de la Connaissance au sein de l’individu, mais cette Connaissance doit être dirigée là où elle peut servir les intérêts supérieurs du monde et pas seulement les préoccupations de l’individu. Le vrai talent est ici hautement reconnu et estimé, mais il doit être dirigé. Il ne s’agit pas seulement de la providence de l’individu. Il fait partie de la richesse de la nation.

Contrairement aux nations qui ne sont pas libres où la vie des gens est simplement cataloguée et dirigée, où le talent individuel est rarement utilisé, où le statut au sein de la société est uniquement basée sur la lignée familiale ou les besoins régionaux, dans les nations libres, on accorde de la valeur à l’individu, et ses compétences et sa sagesse sont cultivées, parce que cette sagesse et ces compétences sont nécessaires à la stabilité et au bien-être du monde. Chaque individu est envoyé pour servir là où son service peut s’avérer le plus bénéfique. Mais ceci est fondé sur le besoin de l’ensemble, et pas uniquement sur les désirs de l’individu.

Un monde d’individus égarés ne pourra jamais établir sa liberté dans la Grande Communauté. Ici, l’individualité doit servir, mais elle sert en fonction de l’individu, et c’est l’une des choses qui distingue une nation libre d’une nation qui ne l’est pas.

Au sein d’une nation libre, la dissension est tolérée, mais seulement jusqu’à un certain point. Si la rébellion est permanente, une nation ne peut en aucun cas être stable ; elle ne sera jamais en mesure d’établir une plus grande liberté pour même protéger les libertés qu’elle offre à ses citoyens. Elle doit posséder cette stabilité et cette sécurité vis-à-vis de l’extérieur.

Vous ne réalisez pas encore que vous vivez au sein de la Grande Communauté et que vous êtes soumis à ses influences, aussi cela vous semble-t-il peut-être très différent de la perspective qui est la vôtre en ce moment. Mais c’est quelque chose que vous devez commencer à comprendre et à envisager. Afin d’être une force unie, il est nécessaire de comprendre le grand besoin que cette liberté implique et d’être disposé à prendre part à cela, voire même à sacrifier pour cette cause certaines libertés personnelles.

La liberté dont vous jouissez aujourd’hui se limite dans une très large mesure à satisfaire les caprices ou les désirs de l’individu, mais dans la Grande Communauté ce n’est pas là le sens de la liberté.

Les sociétés libres doivent maintenir autant que possible leurs ressources naturelles, et ne s’engager dans le commerce qu’avec d’autres nations libres et pour les choses essentielles. Par conséquent, le pillage de leurs mondes ne peut avoir lieu, ne peut être permis, pour assurer la stabilité et la sécurité de l’avenir.

Il est nécessaire de faire preuve d’une grande retenue dans ce domaine. Car la sagesse requiert toujours une grande retenue. Et la liberté implique toujours que vous soyez conscient de ce que vous n’êtes en vérité pas libre de faire.

Il s’agit de la liberté du monde. C’est la liberté de toutes les nations du monde qui est la garante des droits des individus dans la Grande Communauté. Mais ces droits seront restreints par nécessité.

Afin que les nations libres restent libres, elles doivent être capables de contrecarrer toutes les tentations auxquelles elles seront soumises et d’y résister, particulièrement si leurs mondes sont considérés comme précieux pour les autres. Vous devez voir ici que la liberté est considérée comme une grande menace pour les nations qui ne sont pas libres. Ces dernières craignent que les libertés dont jouissent les nations libres n’influencent d’une manière ou d’une autre leurs propres populations, entraînant ainsi rébellions, mécontentement et dissensions.

Des expressions telles que l’art, la musique et la danse, que vous affectionnez aujourd’hui, seraient considérées comme une grande menace pour les cultures qui ne sont pas libres. Les libertés individuelles qu’une nation libre peut offrir à ses citoyens seraient considérées comme une menace pour ces nations qui ne le sont pas.

En conséquence, les nations libres ne diffusent pas d’informations dans l’univers. Elles ne révèlent pas ce qu’est la vie dans leurs mondes, si elles peuvent l’éviter. Elles ne s’engagent pas dans de vastes réseaux d’échanges, qui sont toujours très portés sur le contrôle et la manipulation et qui rendent votre propre monde vulnérable aux pouvoirs de persuasion à une échelle bien plus grande.

Les nations libres doivent être largement autosuffisantes dans ce domaine. Elles doivent être très unies. Et elles doivent être très discrètes. Ce sont les trois grandes exigences de la liberté dans l’univers. Et vous ne pouvez pas y échapper. Il n’existe ici aucune exception.

Les nations libres, étant discrètes, ne parcourent pas l’univers en cherchant à planter leurs drapeaux, à exercer leur influence ou à intervenir dans les affaires des autres. Elles peuvent promouvoir la liberté et la responsabilité, comme nous le faisons par le biais de ces Exposés, mais elles n’interviennent pas. Car intervenir, c’est transgresser sa propre discrétion. Intervenir, c’est se faire connaître dans le grand univers, et les nations libres ne le souhaitent pas. Leur isolement est essentiel à ce qu’elles accomplissent de spécifique.

Dans les nations libres, on accorde de la valeur au pouvoir de la Connaissance chez l’individu et on le soutient, et ce même dans le cadre des restrictions que s’impose leur société. Dans les nations qui ne sont pas libres, ce pouvoir est soit inconnu, soit brutalement réprimé. Aussi, les rassemblements des Sages dans les nations qui ne sont pas libres doivent se dérouler dans le plus grand secret afin de survivre, comme c’est souvent le cas.

Les gens de votre monde pensent que l’univers doit être meilleur que leur propre monde – plus élevé, plus libre, plus spirituel, plus éthique – et que cela doit être recherché, encouragé, invité dans ce monde. Sans doute est-ce là l’attente normale des races vivant dans l’isolement. Il en était ainsi dans nos mondes jusqu’à ce que commence notre émergence dans la Grande Communauté et que nous ayons à faire face à l’Intervention.

Nous vous parlons de ces choses parce que vous devez comprendre en quoi consiste exactement le voyage vers la liberté. Il ne s’agit pas de bonheur individuel. Il s’agit de la liberté de votre race. Il ne s’agit pas de quêtes ou de complaisances individuelles. Cela concerne la stabilité et la sécurité de votre monde. La liberté n’est pas un droit dans l’univers. Il s’agit d’un grand privilège et d’une grande réalisation qu’il faut mériter avec sérieux et constance, et protéger contre tous les défis.

Vous ne pouvez pas entretenir une vision romantique de la vie dans l’univers si vous voulez espérer y survivre. Telle est la grande sobriété qu’apporte la sagesse. N’entretenez pas de notions fantaisistes au sujet de la valeur du Contact ou de ce que d’autres races peuvent vous enseigner sur la liberté par le biais de leur intervention dans votre monde, car c’est une erreur fatale, et tragique, qui plus est.

Nous savons, grâce aux Réseaux des Sages, tout ce qui a été donné à ce monde afin de soutenir et d’appuyer la liberté et la sagesse qui existent encore ici. A cette fin, d’importants efforts ont été déployés dans votre monde. Tandis que vous avancez et progressez dans votre développement technologique, une attention particulière est portée à votre monde en raison de son potentiel, son potentiel de devenir une race libre dans l’univers, un potentiel que vous devez exploiter et développer par votre propre volonté et en coopérant les uns avec les autres.

Nous ne pouvons pas vous donner cette liberté, et il n’y a aucune autre race dans l’univers qui puisse vous donner cette liberté, ni venir l’établir à votre place. Toute race qui vous en fait la promesse vous trompe en vérité et n’est présente ici qu’à d’autres fins, ses propres fins.

Il est toutefois dans notre intérêt d’avoir une autre race libre dans ce secteur de l’espace. Nous nous en réjouirions, même si nous ne recherchons aucune relation officielle. Vous n’êtes pas prêts pour des relations officielles. Et vous ne le serez peut-être pas avant longtemps. Vous n’êtes pas assez forts. Vous n’êtes pas assez unis. Vous n’êtes pas assez matures, vous vous livrez encore à des conflits, à la guerre et à la concurrence destructrice.

Si nous pouvons soutenir l’émergence de la Connaissance dans des mondes tels que le vôtre, nous le ferons en accord avec les volontés du Divin, à travers les Réseaux de la Connaissance, et non à travers les réseaux des gouvernements. Même nos propres gouvernements ne savent pas ce que nous faisons ici. Bien qu’ils le soutiendraient en théorie, il n’est pas sage pour eux de le savoir, car ils deviendraient alors responsables de nos actions.

En effet, dans la plupart des cas, les nations libres ont dû conclure des accords de non-intervention avec les plus grandes nations qui les entourent, afin de les tenir à l’écart de leur sphère et de leurs activités. Nous enfreignons cette règle par la présence de notre petite expédition au service de votre monde. Car nous sommes gouvernés par des Puissances Supérieures, dont vous savez peu de choses, mais au sujet desquelles vous devez être instruits, et c’est le prochain sujet que nous allons aborder.